Actualités

Revue de presse

Recevoir la newsletter

Rechercher sur le site :
Suivez-nous
Facebook    
Migrations et développement
Actualité
Transferts d’argent vers les pays en développement : 351 milliards de dollars en 2011

Décembre 2011 - Dans le cadre du 5e Forum mondial sur la Migration et le Développement tenu à Genève, la Banque mondiale a publié le 1er décembre 2011 sa note d’information sur la migration et le développement présentant ses dernières estimations sur les envois d’argent des migrants.

Pour 2011, les transferts d’argent officiellement enregistrés vers les pays en développement sont estimés à hauteur de 351 milliards de dollars, en hausse de 8 % par rapport à 2010.

Les principaux bénéficiaires des transferts de fonds sont l'Inde (58 milliards de dollars), la Chine (57 milliards de dollars), le Mexique (24 milliards de dollars) et les Philippines (23 milliards de dollars). Les autres grands pays destinataires sont le Pakistan, le Bangladesh, le Nigéria, le Vietnam, l'Egypte et le Liban.

Les envois vers quatre des six régions en développement ont progressé plus vite que prévu : l'Europe orientale et l’Asie centrale, l’Asie du Sud, l’Asie orientale et le Pacifique, et l’Afrique subsaharienne. Cependant, l’Amérique latine et les Caraïbes enregistrent une augmentation en-deçà des prévisions. Au Moyen Orient et en Afrique du Nord, le Printemps arabe a eu de fortes incidences sur la croissance des flux de fonds qui a été la plus faible de toutes les régions en développement.

Malgré la conjoncture économique mondiale, la Banque mondiale prévoit une poursuite de la croissance des transferts de fonds mondiaux vers les pays en développement autour de 7-8% par an pour atteindre 441 milliards de dollars en 2014.

Toutefois, la Banque mondiale précise que les perspectives des flux migratoires et des envois de fonds internationaux ne sont pas à l’abri de graves risques de détérioration, à cause notamment du chômage persistant en Europe et aux Etats-Unis, de la volatilité des taux de change et de l’incertitude autour des prix du pétrole.

Le coût des envois de fonds a progressivement baissé pour passer de 8,8 % en 2008 à 7,3 % au troisième trimestre de 2011. Les coûts d'envoi demeurent toutefois élevés, en particulier en Afrique et dans les petits pays où les envois de fonds représentent une ressource pour les populations pauvres.

Pour la Banque mondiale, si la communauté mondiale du développement parvient à réduire de moitié d’ici 2014 le coût mondial moyen des transferts d’argent (conformément à l’objectif « 5 sur 5 » du G8 et du G20), cela stimulerait encore davantage leur croissance.

Lire la Note d'information de la Banque mondiale et le Communiqué de presse.

Voir aussi sur le site d’Envoidargent.fr.
 

A noter :

Lors du Sommet de Cannes de novembre 2011, les pays du G20 ont reconnu que "les chocs économiques affectent les plus vulnérables de manière disproportionnée". Entre autres engagements pour assurer une croissance résiliente, ils ont déclaré qu’ils œuvreront "pour réduire le coût moyen des transferts d’argent des migrants de 10 à 5% d’ici 2014, contribuant ainsi à libérer chaque année 15 milliards de dollars supplémentaires au profit des familles bénéficiaires" (Déclaration finale du G20 du 4 novembre 2011, §77).

A Lire l’article du 24 novembre 2011 de l’Equipe éditoriale du site Envoidargent.fr : "De 2004 au sommet du G20 à Cannes : rétrospective des avancées et engagements dans le domaine des transferts d’argent des migrants".




Connexion
Adresse mail
Mot de passe  
> Pas encore de compte ?
> Mot de passe oublié
La revue
Techniques Financières
et Développement (TFD)

TFD Nouveauté

 

TFD n°116 - Septembre 2014

 

 Les Banques en Afrique / Actes du Colloque 2014 d'ESF

> En savoir plus

TFD Prochain numéro

TFD n°117 - Décembre 2014

L'APD dans l'agenda post-2015